123456

"J'ai mal pour ma commune"

wellin,conseil communal,commune de wellin,dermience,cécile cambron,closson,bughin,damilot,cpas,blog de wellin,blog wellin,philippe alexandre,sudpresse,la meuse,la meuse luxembourgEviter que le citoyen mette la main au portefeuille est-il une faute ? Le collège a payé la réception des vœux  communaux à son personnel. La minorité rue dans les brancards. Tempête dans un verre d’eau ou procès d’intention?

 

La minorité communale de Daverdisse ne s’était pas présentée à la réception communale du 18 janvier à l’occasion des vœux du Bourgmestre à son  personnel. Ils ont tenus à s’expliquer en mettant le point à l’ordre du jour.

 

« Depuis des temps immémoriaux et par habitude, il est entré dans les us et coutumes de présenter sesvœux au personnel au travers d’une soirée organisée et financée par la commune. Le collège échevinal, a décidé de payer la réception à leurs frais » a commenté le conseiller de la minorité Christian Carriaux, excusé à la soirée pour raison personnelle, et qui poursuit sur une lettre d’invitation à caractère privé, estimant avec les conseillers de son groupe que c’était répréhensible vu l’émergence du caractère privé de cette soirée, contestable par le fait d’utiliser les biens communaux et quémander une employée à participer à son organisation. 

« Les biens communaux ne doivent pas servir à des fins privées et c’est pour cette raison que nous n’avons pas assisté à cette soirée» a poursuivi Jean-Luc Merny.

Stéphanie Grégoire, organisatrice de cette fête du personnel, répondra en premier lieu aux attaques de la minorité, estimant qu’on ne pouvait demander à toute une population de supporter cette charge, alors que le collège était d’accord d’en supporter le coût, en se partageant les frais occasionnés par cette soirée et, qui plus est, seraient déduits des impôts.

 

« Vous parlez d’une situation ambigüe et néfaste, ajoute le Bourgmestre Maxime Léonet, alors qu’on a trouvé un moyen d’économie, sans obligation de faire payer à la population, une soirée réservée au personnel communal et apparenté, où la population n'était pas conviée. Le citoyen n’avait pas à payer une réception dont il ne faisait pas partie. Pourquoi la caisse communale aurait-elle du payer ? Tous les conseillers étaient invités mais vous en avez décidé autrement. C’est votre choix »

 

"N’y a-t-il pas un protocole à respecter ? …/… Pourquoi avoir changé la méthode ? … /… Les invitations n’étaient pas correctes…/… vous avez privatisé… Où sont allés les bénéfices ? Vous avez quémandé une employée à participer". Autant de questions et d’affirmations qui ont poussé la secrétaire Cécile Kiebooms à prendre la parole pour remettre en quelque sorte les pendules à l’heure : « J’ai eu une communication téléphonique avec le directeur de la tutelle à Namur, il m’a été confirmé qu’il n’y avait aucun interdit et que tout était correct».

Pour Jean-Luc Merny, on ne devait pas mêler la commune à des démarches privées et c’est elle qui devait payer les frais relatifs à cette soirée.

« Les citoyens n’ont pas eu à payer parce que nous l’avons voulu, nous avons pris tout en charge. Il n’y a donc pas de part communale, juste les quelques timbres collés sur les enveloppes d’invitation » a commenté Maxime Léonet qui a considéré cet intermède comme un mauvais procès d’intention.

« Je regrette le niveau lamentable de la discussion, la minorité n’a rien compris à notre démarche, un simple coup de téléphone aurait pu  dissiper le malentendu. Il y a d’autres choses beaucoup plus importantes à discuter plutôt que ce genre de mesquinerie en conseil. Face à cela, j’ai mal pour ma commune».

                                                                Daniel Jeanbaptiste

 

 

 

Les commentaires sont fermés.