123456

Daverdisse - polémique

«Bruit, manque de propreté, vols…

Marre des scouts non respectueux!»

Un courrier envoyé aux mouvements de jeunesse

L’été, la province de Luxembourg devient une terre de prédilection pour de nombreux mouvements de jeunesse qui y organisent leurs camps. Mais la cohabitation avec les habitants est parfois compliquée… La commune de Daverdisse en a notamment fait l’expérience à plusieurs reprises. Le Collège communal vient donc d’envoyer une piqûre de rappel aux mouvements de jeunesse reconnus pour limiter les nuisances lors des prochains camps.

Durant la saison estivale, la campagne ardennaise et gaumaise est le terrain

de jeu favori des mouvements de jeunesse. La province de Luxembourg accueille

en effet de nombreux camps durant l’été. Depuis quelques années, des efforts

ont été consentis dans les différentes communes où sont installés ces camps

pour améliorer l’accueil des jeunes et faire en sorte que la cohabitation avec

les habitants se passe le mieux possible. Mais celle-ci s’avère parfois

compliquée. Bruit, manque d’hygiène et de propreté, dérangement intempestif

des riverains… Les nuisances sont nombreuses et viennent perturber la quiétude

des habitants.

À Daverdisse, plusieurs incidents se sont produits l’été dernier, ce qui a

poussé le Collège communal à rédiger un courrier à destination des mouvements

de jeunesse reconnus pour leur demander de faire preuve de plus de respect. Le

Collège a également écrit à plusieurs propriétaires de terrain(s) ne disposant

pas d’agréation pour leur demander de régulariser leur situation. Auquel cas,

plus aucun camp ne sera autorisé sur les terrains non agréés.

Malgré les efforts fournis par la commune (mise en place d’un règlement,

étudiante parlant le néerlandais engagée pour visiter les camps, mise à

disposition de containers poubelles), les incivilités restent encore trop

nombreuses. «Il y a deux types de nuisances. Au niveau des camps, c’est

surtout le bruit et la propreté qui posent problème. Certains laissent leurs

poubelles en bord de route. On a même constaté des rats!», commente le

bourgmestre Maxime Léonet. Autres situations rencontrées: des scouts qui

coupent du bois marqué, des planches volées sur une parcelle de randonnée, des

tags sur les valves de l’église… «Les habitants se plaignent aussi d’être

harcelés par les scouts qui viennent sonner à leur porte pour tout et

n’importe quoi. En 2014, suite à plusieurs incivilités durant l’été, nous

avons décidé de rédiger un règlement. L’été d’après, ça s’est bien passé mais

l’été dernier a de nouveau été compliqué…», poursuit le bourgmestre. La zone

de police Semois et Lesse a notamment dû envoyer un hélicoptère pour retrouver

un scout qui s’était égaré. «Ce qui coûte très cher…», tient à rappeler le

maïeur. «Ce n’est pas la collectivité qui doit prendre en charge les

débordements. C’est pourquoi nous avons voulu prendre les devants en adressant

un courrier aux Fédérations reconnues pour les sensibiliser. On ne veut

stigmatiser personne mais on constate qu’il y a de moins en moins de respect,

même si une majorité de camps et de scouts ne sont pas concernés.»

Maxime Léonet reconnaît que le ton employé dans la lettre est quelque peu

sévère. Il est notamment question de ne plus accepter de camps si aucun

changement de comportement n’est observé. Mais il espère ainsi faire réagir

les mouvements de jeunesse concernés. «L’objectif n’est pas d’exclure les

scouts de la commune. Nous serions contents s’ils reviennent plus tard à

Daverdisse lors d’un séjour en gîte ou en maison d’hôte. Mais nous ne voulons

pas que la population soit pénalisée par toutes ces incivilités…»

M. M.

Écrire un commentaire

Optionnel