123456

sudinfo - Page 4

  • Ramassage des sapins de Noël à Haut-Fays

    Ne jetez pas vos sapins n’importe où !

     

    La jeunesse de Haut-Fays 

    organise une collecte de vos sapins de Noël

    le samedi 9 janvier 2016.

     

    Pour rappel, seuls les sapins naturels,

    sans pied, ni pot, ni décoration seront ramassés.

  • Gedinne :« Contes au coin du feu » le mardi 29 décembre de 15h00 à 16h30 à la Maison Languillier

    feu-150x150.gifDans le cadre de l’exposition sur les jouets anciens, 2 après-midi seront réservées à la lecture de contes pour les enfants de 6 à 12 ans accompagnés d’un adulte. La lecture de ces contes sur le thème des jouets sera suivie d’un petit atelier artistique à partir de jouets miniatures de récupération. Entrée gratuite.

    Renseignements à l’office du tourisme au 61/587484

    La deuxième après-midi se déroulera le mardi 09/02

  • Conseil communal de Daverdisse

     

    bourgmestre.pngLuc Daron souhaite revenir sur le procès-verbal et plus particulièrement le mot du bourgmestre qu’il reprend : « Je pense qu’après une soirée comme celle-ci, plus personne ne pourra émettre de doute sur le volume de travail des services communaux et le nombre de projets mis en place par notre majorité ».

    M Daron ne pense pas premièrement qu’on puisse mettre en doute le travail réalisé par le personnel communal tant ouvrier qu’administratif sous la houlette de Cécile, la Directrice générale. Il estime pour sa part que le personnel communal n’a pas attendu le 4 décembre 2012 pour travailler.

    Ensuite, Luc Daron revient sur le nombre de projets mis en place. Il rappelle qu’il s’agit du rôle du Collège communal d’amender des projets. « C’est simplement votre, notre travail en tant qu’élu », poursuit-il. Le conseiller communal ne voit rien d’extraordinaire dans le budget mais des travaux que tout gestionnaire en place doit réaliser.

     

         CPAS. Modifications budgétaires n°2 du service ordinaire et du service extraordinaire.

     

    Le Président invite la Présidente du CPAS à présenter les modifications budgétaires pour l’exercice 2015. Le montant équilibré des dépenses et recettes s’élève à 504.245,49 €. Les modifications budgétaires présentent, au service ordinaire, des recettes en plus pour 44.079,03 €, des recettes en moins pour 14.198,45 €, des dépenses en plus pour 35.254,68 € et des dépenses en moins pour 8.374,10 €. Au niveau du service extraordinaire, les recettes et les dépenses diminuent respectivement de 714 €. Les modifications budgétaires impactent le budget communal à concurrence de 5.440,30 € et portent ainsi la dotation communale pour l’exercice 2015 à 187.840,30 €.

    Les modifications budgétaires présentées s’expliquent par des ajustements de crédit en fonction des demandes d’aides et des besoins des services et l’impact de l’augmentation du traitement de la Directrice générale.

     

          CPAS. Budget 2016.

     

    La Présidente du CPAS poursuit la séance du Conseil communal en présentant sa note de politique générale

    «  Les missions d’un Centre d’Action Sociale sont définies dans loi organique et ont pour objectif d’offrir aux personnes en difficulté, l’aide et le soutien dont elles ont besoin. Notre rôle est de faire en sorte que la vie soit plus juste et plus digne pour chacun, quelles que soient sa situation et ses capacités. Ce qui nous amène à pratiquer une politique responsable en utilisant l’argent public de façon rigoureuse et optimale.

    Nous souhaitons engager le CPAS prioritairement dans deux objectifs :

    1. Amener les gens à mieux connaitre le CPAS : ouverture du CPAS via la création par exemple d’un bulletin social, la publication dans le bulletin communal, des lettres d’information via toutes-boites, via la création de mouvements fédérateurs et lieux de rencontre entre personnes : carrefour des générations, souper des ainés, …
    2. Partant du constat d’une population vieillissante : veiller à rompre l’isolement des personnes âgées, répondre aux problèmes de garde-malades et des aidants proches, veiller au maintien à domicile et à la qualité de vie à domicile.

    Les objectifs seront réalisés en fonction des moyens à notre disposition.

    Le budget 2016 ne comporte pas de changements fondamentaux par rapport à 2015 adapté puisque la politique adoptée dans l’ensemble est celle de la continuité. Cependant, à noter, l’augmentation conséquente du RIS. La participation communale au déficit du CPAS en augmentation est de 198.468,17 €. Les prévisions chiffrées sont détaillées dans les différentes rubriques du budget.

     

    Le Président du Conseil tient à remercier la Présidente du CPAS pour son investissement. Il poursuit son intervention «  Pour paraphraser Luc, je vous confirme que la Présidente du CPAS travaille et qu’elle a présenté, elle, une note de politique générale qui ressemble à quelque chose. Il y a enfin une direction donnée au CPAS. Cela change de son prédécesseur. »

    Le budget ne suscitant pas de question, il est procédé au vote.

     

         Création d’un Groupe d’Action Locale Semois, Lesse et Houille. Statuts et représentation communale.

     

    Lors de séances précédentes, le Conseil avait décidé de participer à la création d’un Groupe d’Action locale et d’approuver le Plan de Développement Stratégique.

    Des statuts pour la création de l’Asbl « Groupe d’Action Locale Semois, Lesse & Houille » sont proposées au Conseil communal. Il y a lieu également de désigner trois représentants à l’Assemblée générale et un membre effectif et un membre suppléant au Conseil d’Administration.

    Le Président propose de désigner MM Grofils et Vincent comme représentant pour le groupe UGS et M. Merny pour le groupe EPA. MM. Grofils et Vincent sont également proposés respectivement comme membres effectif et suppléant du Conseil d’administration.

    DJB

  • Agir local, de loin le bon choix... ce samedi au Marché de Noël à Maissin

    Marché de Noël à la Fermeagir local.png

    Samedi 19 décembre

    Ferme des Sureaux à 6852 Maissin, rue des Roses

    On ne peut plus sortir de chez soi ni brancher sa télévision ou son ordinateur sans entendre parler de circuits-courts, de groupes d’achats solidaires, de services d‘échanges locaux, de « Repair cafés », de produits du terroir… Cette éclosion perpétuelle d’initiatives témoigne du souhait de renverser la tendance au global ainsi qu’un système économique qui étrangle les travailleurs, les producteurs, les consommateurs et détruit notre planète à la vitesse grand v. Ces projets lancés sur des territoires limités s’appuyant sur les ressources et savoirs locaux sont-ils viables? Les expériences récentes démontrent qu’elles le sont et du coup s’exportent aux quatre coins du royaume…

    Pourquoi l’ACRF-Femmes en milieu rural s’empare-t-elle de ce thème ?

     

    Revenir au local est une démarche de transition nécessaire. C'est se recentrer sur une communauté à échelle humaine et lui faire cadeau, en la renforçant, de plus de résilience. C'est donner à nos villages, à nos communes la possibilité d'inventer leur propre histoire. C'est accorder à notre terroir une nouvelle valeur et nous responsabiliser vis à vis de lui. C'est, enfin, s'appuyer sur ce qui nous rassemble pour favoriser la coopération et les échanges.

    Les communautés résilientes se tournent d'un point de vue énergétique, alimentaire, éducatif, culturel vers les ressources locales. Elles favorisent donc aussi l'emploi local dans les commerces, entreprises et services de proximité et réduisent leurs déplacements. Elles prennent davantage conscience de leurs richesses territoriales donc naturelles et les protègent en privilégiant des activités durables/responsables. En réduisant la sphère économique, elles rapprochent les acteurs de l’économie qu’ils incarnent désormais. Se tourner vers l’action locale, c’est aussi aller au-devant des crises actuelles: être progressiste, inventer une nouvelle société, de nouveaux rapports.

    La relocalisation ne peut cependant pas signifier repli sur soi ou retour en arrière. Elle doit permettre voire encourager les échanges de savoirs, le transfert de connaissances, l'épanouissement des identités de terroirs (plutôt que l'uniformité) dans la solidarité en interconnexion avec le monde qui entoure.

    « Penser globalement, agir localement ». Cette expression d’un autre modèle de développement, responsable et durable, place l’humain au cœur de la gouvernance et l’économique au service du social et de l’environnement.

    La relocalisation est une chance pour nos campagnes de se « redéployer autrement et devenir moteur de leur avenir. Contrairement à aujourd'hui où le territoire rural périclite pour n'offrir que des villages dortoirs, morts et dénués d'activité en journée. Le village en tant que lieu de vie et plus lieu de résidence doit être revalorisé, redynamisé par des activités qui lui sont propres, avec des réponses qui s'inventent au niveau local».

     

    Nous avons été présentes dans différentes manifestations publiques durant l’année et notamment :

    • Le 12 juillet au marché fermier Graines de Villages lors de la Fête du Sabot à Porcheresse
    • Le 2 août à l’étape de l’Alter Tour à Gedinne
    • Le 6 septembre lors des portes-ouvertes de l’YWCA, à Louette St Pierre
    • Le 11 octobre lors de la journée Gedinne aux Chandelles, à Gedinne
    • Le 29 octobre lors de la ciné-conférence au Centre Culturel de Bièvre

    Rendez-vous ce samedi et bienvenue à toutes  et tous

    AFFICHE NOEL 15.jpg

    flyer.JPG