123456

austérité

  • Une loi d'assentiment au Traité d'austérité

     
    Capture Constituante.be.JPGConstituante a choisi la voie juridique pour tenter de faire reconnaître, anticonstitutionnelle, la loi d'assentiment au Traité d'austérité votée par l'ensemble des parlements belges.
     
    Constituante.eu, est rejointe par la CNE de la Ligue des droits de l’homme et la CGSP .
    La Cour Constitutionnelle a regroupé les trois recours en une seule et même affaire .De plus, 16 "mémoires" ont été déposés en vue de soutenir cette plainte.
     
    Pour donner suite à cet énorme travail ,Constituante, met en place un "cahier de doléances".  voir site: www.constituante.eu
    Vous en êtes certainement conscients, dans le contexte actuel ,un bon nombre de personnes, chômeurs, associations, communes, cohabitants,  sont déjà lésés par ces mesures dites d'économies, d’une façon ou d’une autre et ont un intérêt à agir .
     
    Nous serions donc heureux d'être soutenu par le biais du cahier de doléances ( voir site) par toute personne ayant un intérêt à agir suite aux mesures d'austérité prises.
     
    La réponse de la Cour, va à notre avis, baliser ,pour des décennies, notre futur politique, démocratique et citoyen.
     
    Au plaisir de vous rencontrer ce 08 novembre à Namur, l'union ne fait-elle pas la force ?
     
    Pour constituante.eu,
     
    M-R Cavalier

  • Où sont les femmes de l'ACRF aujourd'hui ?

    blog daverdisse, ACRF, austérité , manif

     

    Le temps n’est plus aux hésitations mais à la mobilisation et à l’action.Toutes et tous ensemble à Bruxelles ce 14 mars avec l’ACRF! www.acrf.be 083/655192

    Communiqué de presse

    Manifestation européenne du 14 mars 2013 :

     

    L’austérité : les femmes non plus n’en veulent pas ! 

     

     

     

    L’ACRF, mouvement des femmes en milieu rural souscrit totalement à l’appel à manifester lancé par les syndicats. Les femmes refusent les mesures d’austérité justifiées par le remboursement de la dette publique. Pourquoi ?

     

    ·         Parce ces mesures n’auront aucune efficacité ;

     

    ·         Parce ces mesures visent les plus démunis au lieu de viser les responsables de la crise ;

     

    ·         Parce que les femmes elles-mêmes en seront les principales victimes, surtout si elles sont au chômage, minimexées ou travailleuses à temps partiel !

     

    L’ACRF rappelle aux gouvernements belge et européens que l’on ne peut efficacement résoudre un problème sans passer par une analyse profonde de ses origines. Qui a causé la crise ?  D’où vient la dette publique ? Pourquoi est-elle aussi énorme?

     

     

    Aucune politique publique digne de ce nom ne peut mettre à mal des populations entières, ni bafouer les droits humains, supérieurs aux droits des états. « On ne peut attendre d’un Etat qu’il ferme ses écoles et ses universités et ses tribunaux, qu’il abandonne les services publics de telle sorte qu’il livre sa communauté au chaos et à l’anarchie simplement pour ainsi disposer de l’argent pour rembourser ses créanciers étrangers ou nationauxIl y a des limites à ce qu’on peut attendre d’un Etat, de la même façon que pour un individu (Femme/homme) », Charte des Nations Unies, 1980.

     

    Des alternatives politiques réalistes existent pour réduire le fardeau de la dette publique ET avancer vers plus de justice sociale :

     

    ·        Bloquer les profits, pas les salaires : 200 nouveaux milliardaires dans le monde en 2012 et 26 millions de chômeurs en Europe ;

     

    ·        Taxer les grosses fortunes : 1% d’impôt pour les fortunes supérieures à 1,5 millions € = 6 milliards de recettes pour l’Etat belge ;

     

    ·        Relancer l’économie via les métiers verts : énergies alternatives, isolation, logements sociaux… ;

     

    ·        Investir dans l’emploi du secteur non-marchand pour répondre aux besoins sociaux croissants;

     

    ·        Généraliser la réduction du temps de travail ;

     

    ·        Conditionner les aides aux entreprises à la création d’emplois durables ;

     

    ·        Mettre fin au dumping social et fiscal entre Etats européens ;

     

    ·        Annuler la partie illégitime de la dette.

     

    L’ACRF appelle à donc à manifester à Bruxelles ce 14 mars 2013. Il s’agit d’un événement important pour notre avenir.