123456

garde médicales

  • LE PMG DE BIEVRE EST OUVERT

    Ouverture du PMG ce 4 février

    garde médicales,bièvre,daverdisse





    Le PMG de Bièvre est ouvert officiellement depuis samedi matin 8h à la rue de la Gare. Vendredi après midi, des ouvriers en nombre s’affairaient à terminer le rez-de-chaussée pour l’accueil des nouveaux « clients » potentiels qui viendront s’y faire soigner. Aux commandes ce matin, les docteur Baijot, Rolin et Wouters pour mener à bien les missions nées de ce nouveau système de garde.



    Interview des officiants pour cette première journée de garde au PMG de Bièvre.



    Le docteur Baijot de Beauraing :



    « On campe et on travaille en même temps pour ce premier jour », commente le docteur Etienne Baijot. « Il y a quelques petites imperfections à corriger. Mais ceux qui triment sont au 1734 avec plus de 1000 appels reçus en demi-journée. Ils ne s’attendaient manifestement pas à en recevoir autant. Ce sont les mêmes standardistes qui s’occupent du 100 et du 1733. Il leur faudra plus que certainement une aide supplémentaire. De notre côté, nous sommes, pour ce premier jour, deux médecins pour les consultations et un autre pour les visites à domiciles »



    Comment se passe ce premier jour ?



    « Quelques cafouillages en ce sens vu que c’est le début d’une grosse organisation à mettre bien au point. Autre point noir, c’est le 1733, submergé d’appels. J’ai fait moi-même l’expérience avec mon GSM et j’ai été incapable de les toucher. Il faut absolument revoir le nombre de lignes et un supplément en hommes. »



    Les meubles avant les tapis ?



    A mon arrivée tout était nickel, il faut bien sûr encore peindre, installer les plinthes, mais on sait travailler proprement, avec du bon matériel, sans poussière et sans problème »



    Le docteur Rolin de Gedinne :




    garde médicales,bièvre,daverdisse




    Un bon départ ?



    Beaucoup d’appréhension pour cette première entrée, confirmera la docteur Rolin. J’ai stressé car hier soir on déballait nos boites alors qu’on était encore dans les travaux après midi. La nuit fut courte et tracassante. Finalement, en tant que médecin mobile, j’ai eu le temps de faire quelques mises au point techniques. Je suis parti dans plusieurs homes, notemment pour une vieille dame qui était tombée.



    C’est une nouvelle maison, en pleine transformation, avec un rez-de-chaussée très correcte qui permet la réception des gens. Trop d’appels ce matin au 1733 et saturation. Rappel également en ce qui concerne les GSM qu’il faut si possible éviter de s’en servir, mais de préférence prendre le fixe, pour appeler le 1733.



    Une bonne équipe ?

    Ici tout le monde s’entraide. J’ai à mes côtés Frédéric, un chauffeur qui ma réglé mon GPS. Il faut 7 médecins pour le Week End en considérant les 1ières lignes avec les médecins sur place, les 2ième et 3ième lignes avec les docteurs rappelables de chez eux. Ici, un médecin est en permanence fixe et un autre est mobile. Il doit aider le fixe en cas de besoin quand il n’est pas en mission chez les malades.



    Ce sont des gros changements ?



    Pour un vieux comme moi avec 33 ans de pratique, c’est révolutionnaire, mais c’est un monde révolu. L’actuel système n’a rien à voir avec l’accès privé On est hors de chez soi, on va travailler comme tout le monde. Du côté maison, ce sera plus décontracté avec une épouse et des petits enfants qu’on pourra mieux gâter. Personnellement, le changement a été difficile à avaler, mais je pense que c’est mieux ainsi. Il y a encore du rodage à faire.



    Le chauffeur de la navette, aujourd’hui c’est Fred



    garde médicales,bièvre,daverdisse




    Frédéric Lannoy, anciennement infirmier urgentiste : « Je suis allé chercher deux patients ce matin et au retour de ces deux personnes, tout s’est avéré très positif. On va d’abord chercher la personne à son domicile, on l’amène au Poste Médical de Garde pour être soignée, on la conduit ensuite à la pharmacie de garde avant de la ramener à sa maison. Ce voyage coûte un prix forfétaire de 5 €. C’est très cool et ça fait partie du boulot. Pour raison familiale j’ai dû diminuer mon temps de travail au niveau des urgences. C’est certain qu’en tant qu’infirmier urgentiste, c’est un plus pour les médecins bien que je sois engagé comme chauffeur de la navette. Mais si c’est nécessaire et en cas de besoin, je suis là.

    Les deux secrétaires étaient là négalement


    garde médicales,bièvre,daverdisse




    Les deux secrétaires, Bénédicte Demol et Angélique Dechmann, étaient sur place cet après midi pour faire ensemble un premier travail d’initiation et de prise en charge de leurs fonctions. Elle sont en quelque sorte les intermédiaires entre le 1733 et les médecins. Elles assurent le passage des patients lors de leurs visites au PMG. C’est dans une ambiance cool et décontractée qu’elles ont communiqué tant avec les gens qu’avec les médecins qui assuraient la garde ce premier jour. On peut d’ores et déjà annoncer qu’elles étaient tout sourire.