123456

machine

  • ... la pompe à eau de Porcheresse...

    pour en savoir un peu plus:

    pompe.jpgC'est sous la dénomination de pompe à eau qu'on la désigne habituellement dans la région. Il est cependant plus approprié de l'appeler machine à élever les eau

    Mise en service en 1870, elle a fonctionné jusqu'en 1952 : une longévité remarquable.

    Cette machine puisait l'eau de la nappe phréatique et l'élevait jusqu'à un reservoir situé 48 mètres plus haut : autre prouesse pour l'époque.

    Mue par la seule force hydraulique, elle aurait satisfait les plus écolos de nos contemporains. Mais il faut reconnaître que les besoins en eau actuels sont bien plus importants qu'il y a un siècle.

    pompe 2.jpg

    La pompe est située au creux d'une petite vallée dans un décor typiquement ardennais.

    On y accède au cours d'une jolie promenade mi-forestière, mi-champêtre.

    Le parcours est assez aisé, mais il y a lieu de se chausser de manière appropriée, du moins par temps humide

    extraits de http://pompeaeau.jimdo.com/

     

     une histoire d'eau...

    En raison de l'incendie du 22 août 1914, les archives concernant la pompe ont disparu. On sait seulement qu'elle fut construite en 1870.

    Certaines pièces de la machine portent la marque "Cie Gle Liège". Il s'agit vraisem-blablement de la Compagnie générale des Conduites d'Eau (Les Vennes, Liège), fille de la Fonderie des Vennes, qui réalisa la machine de Marly.

    Grâce à la pompe, les "Gadots" (Chevreaux), c'est-à-dire les Porcheressois, ont bénéficié d'une distribution d'eau, alors que

    de nombreux villages en étaient encore privés.

    A partir du réservoir, qui se situait en haut de la rue de Graide, l'eau parvenait par gravité à des abreuvoirs et des fontaines. Les gens pouvaient, à leurs frais, se brancher sur les canalisations, ce qu'ils firent progressivement à partir de 1878.

     A l'origine, la roue était en bois. Elle fut remplacée en 1921 par la roue métallique que l'on peut voir aujourd'hui.

     La machine fut restaurée en 1991-1994 sous l'impulsion de G. Lemaire et avec l'aide de la Région wallonne et de la Fondation Roi Baudouin.

    A l'époque de la pompe, l'eau était gratuite et l'est restée jusqu'à la fin des années '70.

    Cette eau est ferrugineuse : du minerai de fer a été extrait de notre sol pendant des siècles. Elle ne contient pas de calcaire.