123456

verdisse

  • Conseil Communal de Daverdisse du 2 avril (partie 1)

    bourgmestre.pngSéance publique

    La prestation de serment de Marie Noëlle s’est faite dans l’émotion, ce qui lui a valu de devoir se répéter.

    « Merci aux coéquipiers », a-t-elle ensuite poursuivi en annonçant que c’était une explication difficile à revivre pour elle et, elle  imagea ses explications de cette façon:

     

    “Le CPAS est une barque abandonnée par son capitaine, mais l’équipage est solide et maintiendra le cap. J’ai décidé d’accepter et j’ai croisé tous ces gens qui font partie de l’équipage, pleins de bonnes intentions, de dynamisme et d’enthousiasme. Merci à tous d’être là, on va ensemble prendre le bon quart et arriver à bon port ». « Eh bien, bon vent à tout l’équipage » s’empressa de déclarer le Bourgmestre Léonet, vraisemblablement très fier de son nouveau capitaine”.

     

    Il a ensuite été question de la démission de Luc Daron. Il quitte son groupe politique, comme indiqué dans son courriel du 9 mars 2015 adressé au Bourgmestre Léonet. L’info a été portée à la connaissance des conseillers.

     

    Il a aussi fallu désigner des remplaçants en lieu et place des représentations tenues par Luc Daron. Ces changements ne se seront faits qu’au dernier point de l’ordre du jour, un peu comme un baroud d’honneur lancé au conseiller par les anciens membres avec lesquels il partageait la majorité.

     

    Jean-Claude Vincent reprendra ORES Assets, et IMIO. Firmin Grofils représentera Daverdisse à SOFILUX et au Centre Touristique. Pour Marie-Noëlle Nicolas, ce sera Ardenne & Lesse, tandis que le bourgmestre Léonet assurera le comité d’attribution des logements communaux. Les deux autres pouvant aussi être brigués par la minorité : Marie-Noëlle Nicolas obtiendra l’Agence Immobilière Sociale contre le conseiller Lezin par 5 voix contre 4, majorité contre minorité appuyée par le conseiller indépendant Luc Daron. Jean-Luc Lezin et Maxime Léonet se disputeront ensuite l’Union des villes et des communes de Wallonie dont le représentant élu a été sans surprise Maxime Léonet par 5 voix contre 4.

     

    La commune s’est pourvue de deux parcelles supplémentaires privées, soit un global de 85a80ca pour 2500€ et dont l’estimation de la DNF était de 2913€ l’ha. Unanimité.

     

    Les deux autres points concernaient les « zones 30 » aux abords des écoles de Gembes et Porcheresse qu’il fallait adopter afin d’authentifier les mesures prises précédemment. En effet, celle-ci n’ayant jamais fait l’objet d’un règlement complémentaire de voirie, elles n’avaient aucune existence légale. Des panneaux F4a et A23 sont placés à la rue des écoles à Gembes à hauteur des N° 2 et 4 et des N° 15 et 17 et la Strée deviendra entièrement une « zone 30 », suite à une intervention du Bourgmestre. A Porcheresse, ce sera à la rue de Redu à hauteur des N° 33 et 35 et à hauteur du N° 30a. Les deux règlements seront soumis à l’approbation du ministre wallon des travaux publics.

     

    En ce qui concerne Porcheresse, Jean-Luc Merny estimait qu’il n’y avait pas de danger réel lors de la sortie des enfants. Mais le carrefour en face de l’église n’est pas sécurisé, voire dangereux, a-t-il commenté, suggérant d’étendre la zone sécurisée à l’espace compris entre le carrefour de la rue de Graide et celui de la rue de Fontenelle, sous une éventuelle réglementation différente, si nécessaire.

     

    Réponse du bgt : « La zone 30 », c’est aux abords des écoles. Pour ce qui est du carrefour, je vous rappelle qu’en CLDR, le projet cœur de village a été évoqué, soutenu par le Collège et également par vous mais votre collègue de la minorité a voté contre. »

     

    Le cahier des charges concernant le plan général d’alignement de la rue du Chenai à Porcheresse a ensuite été accepté avec un montant estimé à 2000€ TVA incluse. Quatre soumissionnaires seront contactés : Dony Michaël à Bièvre, Géo-Famenne à Martouzin, Impact SPRL à Bertrix et Géométric à Bertrix.

     

    Le cahier des charges concernant l’entretien ordinaire de voirie 2015a été accepté par 1 non, 3 abstentions et 5 oui pour un montant de travaux estimés à 276.235€ HTVA et se fera par adjudication publique. Le conseiller Merny a rappelé les paroles du bourgmestre sur TVLUX en campagne électorale : « Nous aurions voulu que les travaux réalisés se voient plus » « …Nous sommes maintenant en plein dedans comme notre commune maintenant des travaux pour que cela soit visible ». Poursuivant sur cette portion de voirie parfaitement stable avec des bas-côtés légèrement affaissés, il expliqua que ces travaux relevaient d’une volonté de tenir des promesses électorales. « Il aurait été plus judicieux de prévoir des travaux qui auraient coûté le ¼ du prix pour une durée de vie aussi longue avec la création de trottoirs sans nécessiter une démolition complète. Tout cela avec l’argent du contribuable daverdissois.»

     

    Réponse de l’échevin des travaux d’abord, pour expliquer que ce dossier a été monté dans les règles de l’art en collaboration et sur recommandation du commissaire voyer qui ne peut être suspecté de tenir des promesses électorales. Une société spécialisée est même venue au préalable, à la demande de la commune, pour faire un passage caméra complet dans l’égouttage et définir ce qui était nécessaire ou pas. De rappeler également qu’une réunion plénière d’avant travaux s’est tenue avec tous les impétrants concerné. L’échevin a été interrompu dans son explication par le conseiller Merny remettant en cause les compétences du commissaire Royer et demandant au Collège de ne plus systématiquement lui faire confiance. Le Bourgmestre a ensuite failli s’étrangler en entendant le conseiller de la minorité remettre en question la priorité de ces travaux et dire que c’est dommage de ne pas voir les impétrants intervenir avant la réalisation des travaux communaux. Le conseiller Merny semble ignorer que les sous-traitants d’ORES sont déjà à l’œuvre depuis plusieurs semaines, avant même que le cahier de charge ne passe en conseil. Le Bourgmestre n’accepte pas non-plus la remarque du conseiller comme quoi un bon entretien vaut une réfection en profondeur de la voirie. “C’est du n’importe quoi, un entretien tient un peu plus de 5 ans, une bonne réfection avec coffre complet 25 ans” dira le Bourgmestre. Le Bourgmestre fera aussi un rappel technique budgétaire pour essayer de faire comprendre à la minorité qu’il faut tenir compte des proportions de subsides sur l’ensemble des projets communaux et pas sur un seul pour reconnaitre l’efficacité du Collège qui a, rappelons-le, obtenu le maximum de subsides possibles pour la toiture du bâtiment du culte, lequel verra sa toiture remplacée prochainement. Enfin, pour clore ce sujet, Maxime Léonet, interrogera directement la minorité : “Puisque vous ne voulez pas de la réfection de cette voirie, dites-moi celle qui selon vous devrait être prioritaire au plan d’entretien ?”  …nous sommes toujours en attente de la réponse. Au moment des votes, il est assez particulier de signaler que la seule personne qui s’oppose finalement à la réfection de cette voirie est le conseiller de la minorité habitant le village concerné. Les conseillers Daron, Cariaux et Lezin, s’abstiendront quant à eux, sans motiver leurs votes.

     

    .../... 

    (suite de ce rapport dans le courant de la journée)

    DJB