123456

Agir local, de loin le bon choix... ce samedi au Marché de Noël à Maissin

Marché de Noël à la Fermeagir local.png

Samedi 19 décembre

Ferme des Sureaux à 6852 Maissin, rue des Roses

On ne peut plus sortir de chez soi ni brancher sa télévision ou son ordinateur sans entendre parler de circuits-courts, de groupes d’achats solidaires, de services d‘échanges locaux, de « Repair cafés », de produits du terroir… Cette éclosion perpétuelle d’initiatives témoigne du souhait de renverser la tendance au global ainsi qu’un système économique qui étrangle les travailleurs, les producteurs, les consommateurs et détruit notre planète à la vitesse grand v. Ces projets lancés sur des territoires limités s’appuyant sur les ressources et savoirs locaux sont-ils viables? Les expériences récentes démontrent qu’elles le sont et du coup s’exportent aux quatre coins du royaume…

Pourquoi l’ACRF-Femmes en milieu rural s’empare-t-elle de ce thème ?

 

Revenir au local est une démarche de transition nécessaire. C'est se recentrer sur une communauté à échelle humaine et lui faire cadeau, en la renforçant, de plus de résilience. C'est donner à nos villages, à nos communes la possibilité d'inventer leur propre histoire. C'est accorder à notre terroir une nouvelle valeur et nous responsabiliser vis à vis de lui. C'est, enfin, s'appuyer sur ce qui nous rassemble pour favoriser la coopération et les échanges.

Les communautés résilientes se tournent d'un point de vue énergétique, alimentaire, éducatif, culturel vers les ressources locales. Elles favorisent donc aussi l'emploi local dans les commerces, entreprises et services de proximité et réduisent leurs déplacements. Elles prennent davantage conscience de leurs richesses territoriales donc naturelles et les protègent en privilégiant des activités durables/responsables. En réduisant la sphère économique, elles rapprochent les acteurs de l’économie qu’ils incarnent désormais. Se tourner vers l’action locale, c’est aussi aller au-devant des crises actuelles: être progressiste, inventer une nouvelle société, de nouveaux rapports.

La relocalisation ne peut cependant pas signifier repli sur soi ou retour en arrière. Elle doit permettre voire encourager les échanges de savoirs, le transfert de connaissances, l'épanouissement des identités de terroirs (plutôt que l'uniformité) dans la solidarité en interconnexion avec le monde qui entoure.

« Penser globalement, agir localement ». Cette expression d’un autre modèle de développement, responsable et durable, place l’humain au cœur de la gouvernance et l’économique au service du social et de l’environnement.

La relocalisation est une chance pour nos campagnes de se « redéployer autrement et devenir moteur de leur avenir. Contrairement à aujourd'hui où le territoire rural périclite pour n'offrir que des villages dortoirs, morts et dénués d'activité en journée. Le village en tant que lieu de vie et plus lieu de résidence doit être revalorisé, redynamisé par des activités qui lui sont propres, avec des réponses qui s'inventent au niveau local».

 

Nous avons été présentes dans différentes manifestations publiques durant l’année et notamment :

  • Le 12 juillet au marché fermier Graines de Villages lors de la Fête du Sabot à Porcheresse
  • Le 2 août à l’étape de l’Alter Tour à Gedinne
  • Le 6 septembre lors des portes-ouvertes de l’YWCA, à Louette St Pierre
  • Le 11 octobre lors de la journée Gedinne aux Chandelles, à Gedinne
  • Le 29 octobre lors de la ciné-conférence au Centre Culturel de Bièvre

Rendez-vous ce samedi et bienvenue à toutes  et tous

AFFICHE NOEL 15.jpg

flyer.JPG

 

Les commentaires sont fermés.