123456

Courrier de la Lesse

Clôtures de berges

Afin de limiter la pollution aux nitrates de nos cours d’eau, de préserver les berges et d’éviter le colmatage du lit des ruisseaux (préjudiciable à la vie aquatique), la Wallonie a pris des mesures pour que les agriculteurs empêchent l’accès du bétail au cours d’eau. Dans ce but, d’ici 2023, tous les cours d’eau classés devront être clôturés. C’est désormais le cas pour le ruisseau du Pré des Sarts (commune de Paliseul) qui ne sera plus piétiné.    N°117 Juin 2019

bar2.gif

Retour de la berce  du Caucase

L’approche de l'été signifie pour la Cellule de Coordination du CR Lesse la reprise de la gestion de la berce du Caucase. Ces dernières semaines, la cellule de coordination, armée de bêches et protégée de la sève photo-sensibilisante par un casque et une combinaison
imperméable, a géré des berces du Caucase en les coupant sous le collet à Tellin, Vignée, Custinne, Libramont, Smuid, Nassogne et Rochefort ! Ce travail de longue haleine, qui dure depuis 2011, commence à porter ses fruits ! La présence de la berce du Caucase semble
en effet en nette diminution sur le territoire du sous bassin… De votre côté, si vous croisez l’une ou l’autre berce du Caucase, ne les arrachez pas vous-même (la sève peut provoquer de graves brûlures), mais signalez-nous leur présence ! Nous les traiterons ou les ferons traiter… Comment reconnaître la berce du Caucase ?
Semblable à la berce commune, la berce du Caucase a néanmoins des caractéristiques bien spécifiques : taille comprise entre 1,5m et 4m de haut, fleurs blanches en ombelles à plus de 50 rayons, tige robuste d’un diamètre de 4 à 10 cm. Pour plus de détails rendez-vous sur :
http://biodiversite.wallonie.be/fr/la-berce-du-caucase.html?IDC=5998

Résultat de recherche d'images pour "berce du caucase"

bar2.gif

Le retour de la binette

Depuis le 1er juin, il est interdit d’utiliser des pesticides dans les espaces publics. Les
communes ne peuvent plus pulvériser de produit phyto pour désherber (NB : le vinaigre ou le sel ne sont pas autorisés non plus). Il va falloir changer notre regard sur les herbes folles car certains endroits seront entretenus moins intensément qu’auparavant. Les citoyens sont également concernés puisqu’ils ne peuvent plus (et ce depuis déjà 2014) utiliser
d’herbicide pour entretenir leur trottoir ou leur allée de garage. Pour trouver des méthodes alternatives et des idées pour gérer naturellement, consultez le site :
www.adalia.be.
Moins de pesticides, c’est aussi un plus pour notre santé et celle des ouvriers communaux, moins d’impact sur l’eau et le sol.

Résultat de recherche d'images pour "herbe entre les dalles"

bar2.gif

 

Les commentaires sont fermés.